logo petit

 

 

 

 

 

 

 4, Allée du Canal - ZI les Landes

42 160 SAINT-CYPRIEN 

Téléphone : 04.77.30.89.61

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Le Syndicat Mixte du Bonson

Pérenniser les ressources en eau des communes.

Un objectif stratégique pour le Syndicat Mixte du BONSON

Le Syndicat Mixte du BONSON a été créé en avril 2010. Il comprend 8 communes, (Bonson, Saint-Cyprien, Sury le Comtal, Saint-Just-Saint-Rambert, Saint Marcellin et le syndicat Unias Craintilleux Veauchette) représentant 32 000 habitants. C’est un syndicat de production d’eau potable qui produit de l’ordre de 2 000 000 m3 d’eau par an à destination des collectivités adhérentes.

Des ressources multiples

Ce syndicat dispose de 4 sources d’approvisionnement propres :

 

-         Les puits et tranchées drainantes installés dans la nappe alluviale de la Loire qui alimentent la commune de SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT

-         Les puits du BONSON, installés dans la nappe alluviale de la rivière éponyme qui alimentent les communes de SURY-LE-COMTAL, BONSON, SAINT-CYPRIEN

-         Les puits d’UNIAS qui alimentent les communes adhérentes au syndicat de distribution UNIAS CRAINTILLEUX et VEAUCHETTE. Une canalisation permet en outre desservir ce syndicat à partir des puits du BONSON.

-         Un prélèvement dans la rivière la MARE qui dessert la commune de SAINT-MARCELLIN-EN-FOREZ à partir d’une station de potabilisation.

Ce dispositif complexe est complété par la possibilité de recourir, en secours, à l’achat d’eau en provenance de la ville de Saint-Etienne via le réseau d’un syndicat voisin, le SIPROFORS.

Des ressources fragiles

En effet, si chacune d’entre elles donne en temps normal une eau suffisante en quantité et en qualité (bien que celle-ci soit améliorable), elles présentent toutes, à un titre ou un autre, une fragilité face à des évènements exceptionnels comme :

 

-         une pollution accidentelle de la Loire ou une crue importante du fleuve pour les puits de SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT en cas.

-         une crue de la Loire ou du BONSON pour les puits du BONSON

-         une baisse de qualité de l’eau pour les puits d’UNIAS, qui ne fournissent que le tiers des besoins des populations qu’ils desservent et nécessitent l’apport de secours en provenance des puits du BONSON.

-         la nécessité de respecter, à compter du 1 janvier 2014, le débit minimum biologique (4 fois le débit réservé actuel) qui fera qu’en moyenne, il ne sera plus possible de prélever de l’eau dans la MARE pendant une vingtaine de jours par an. L’utilisation en secours de l’eau du canal du Forez, insuffisamment protégée, sera interdite par les pouvoirs publics.

-         plus généralement, une sécheresse sévère pouvant affecter tout ou partie des puits.

Des ressources à améliorer

Si les eaux produites sont de qualité convenable et ne présentent aucun risque du point de vue bactériologique, leur traitement est certainement à améliorer du fait du durcissement de la réglementation : certaines productions nécessitent en effet, à terme :

 

-         Une reminéralisation des ressources qui contiennent insuffisamment de sels minéraux. C’est le cas des puits du BONSON et d’UNIAS comme de beaucoup de sites dans la Loire. En effet, si l’excès de sels minéraux est préjudiciable aux réseaux (l’eau entartre les canalisations, les appareils ménagers), leur insuffisance peut, au contraire, entraîner une corrosion des tuyaux et appareils. Il faut donc rechercher le bon équilibre.

-         Le traitement des COT. (Le COT ou carbone organique total est le signe de la présence de matières carbonées dans l’eau. Ce n’est pas un polluant en tant que tel mais combiné avec le chlore du traitement de l’eau, il peut provoquer l’apparition d’éléments indésirables).

Précisons que les caractéristiques de l’eau produite restent conformes à la réglementation. Elle est surveillée en permanence par la société fermière ALTEAU et les services de l’Etat.

Un projet ambitieux mais indispensable

A partir de cette analyse et pour garantir en tout temps aux populations concernées, et sans interruption de service, une eau de bonne qualité, le Syndicat Mixte du BONSON s’est fixé comme ambition de créer un réseau permettant :

 

-        De mettre en « synergie » l’ensemble des ressources en eau. Cette complémentarité permettra de suppléer la défaillance d’une ressource en recourant à une autre ressource. Par exemple, en période de hautes eaux de la Mare, la station potabilisation de Saint-Marcellin en Forez alimenter non seulement cette commune mais aussi les communes voisines.

-         De faire face aux incidents pouvant survenir à la canalisation actuelle qui est vétuste et dont la rupture condamnerait l’alimentation en eau de plusieurs communes sans possibilité de secours

-         De raccorder au réseau de la ville de Saint-Etienne, dont la production est largement excédentaire, l’ensemble de nos sources de production.

 

 

 

Vous etes ici